Détox injection anti-covid (Gasmi)

avec Amin Gasmi et Nicolas Wirth (septembre 2021)

Lien vers la vidéo de la conférence Amin Gasmi

 

Si ce lien de fonctionne plus, il est toujours possible d'écouter l'enregistrement audio. Pour ce faire, il suffit d'aller dans la partie "Audio de la conférence" et de cliquer sur les liens adéquats.

La détoxication des injections comme Pfizer, Moderna, AstraZeneca et Jansen, permet de supprimer certains effets secondaires indésirables. Le kit complet de détox est indiqué dans la revue "Solutions Naturopathie", éditée chez "Pure Santé", à laquelle il faut s'abonner (24 euros par an pour la version électronique). Cependant, la conférence ci-dessous permet d'être déjà bien informé.

Plan de la conférence

05:25   60 à 70% des personnes ont des effets secondaires dans les 48h à 72h suivant la vaccination

10:14   Pourquoi ce vaccin a-t-il plus de risques de complications que les autres ?

14:38   Thrombose cérébrale et abdominale : la protéine Spike mise en cause ?

21:55   Quels sont les organes les plus sensibles à cette protéine et comment les protéger ?

31:50   Les 5 étapes de la détoxication vaccinale

48:30   Vaccin anticovid19 : votre guide de détox vaccinale

 
Texte de la conférence de la minute 26:30 à 47:07
Les étapes de la détoxification vaccinale.

1 - Inhibition de la protéine spike

Il y a plusieurs méthodes pour inhiber la protéine spike et aider à détoxifier l'organisme. Il faut dire que le principe même du vaccin anti-covid, c'est d'apporter la protéine spike pour qu'il y ait immunisation même si ce n'est pas efficace chez tout le monde. Le fait d'inhiber la protéine spike diminue l'efficacité du vaccin, voire l'annule complètement. Si on veut inhiber la protéine spike pour éviter les effets secondaires, on utilise les polyphénols principalement. On les retrouve dans les fruits et les légumes, dans les raisins notamment, le vin. Les polyphénols ont des effets généralistes très puissants sur des voies métaboliques qui parfois n'ont rien à voir les unes avec les autres, notamment sur le stress oxydatif, sur le cancer, sur l'inflammation, sur le diabète, sur plein de choses. Les polyphénols sont synthétisés par les plantes pour se défendre contre l'environnement hostile, les insectes, les champignons, les parasites, les toxines, et c'est pour cela qu'ils ont un effet à large spectre. 

 

Dans le cadre de l'inhibition de spike, on a quelques composants, quelques polyphénols qui pourraient être assez efficaces, comme :

  • l'Epigallocatéchine gallate, l'EGCG, que l'on trouve en grande quantité dans le thé vert,

  • la Quercétine,

  • le Resvératrol que l'on trouve dans les oignons, dans les câpres en grande quantité, plus que les oignons,  le Resvératrol que l'on trouve dans les raisins, le vin.

  • l'Hespéridine.

 

Tous les polyphénols n'inhibent pas.  Il y a aussi le fruit de goyave qui est extrêmement intéressant parce que parmi les colorants  (?) la fluoxine B et cette fluxine B on la retrouve dans le fruit de goyave à des doses moins toxiques. Ce ne serait pas suffisant, mais ça devrait faire partie de la stratégie.

On peut prendre également des compléments alimentaires, des extraits standardisés en polyphénols, que ce soit du Resvératrol, de la Quercétine,   de l' Hesperidine, (?), etc.

 

Si on décide d'inhiber la protéine spike, on diminue la protection vaccinale, voire on l'annule complètement. C'est un choix à faire en conscience.

 

 

2 - Élimination de tout ce qui est adjuvants

On a également l'élimination de tout ce qui est adjuvants, ce qui pourrait être toxique dans le vaccin ou tout ce qui pourrait être produit par l'organisme en réaction à ce vaccin.

 

Nous avons donc  la stimulation des deux émonctoires principaux les reins et le foie. Dans le foie on a tout de même le processus de détoxification proprement dit. La conversion de certaines molécules assez toxiques et inconnues par l'organisme en molécules qui sont prêtes à être éliminées et ensuite le processus d'élimination. Il s'agit là de la fonction hépato-biliaire. On va stocker temporairement ces toxines au niveau de la vésicule biliaire, ensuite les éliminer au niveau de l'intestin. Tout cela c'est pour le foie il s'agit de tout ce qui est hydrosoluble, et c'est le cas en général pour les adjuvants du vaccin.  Et de l'autre côté on a le rein qui fonctionne aussi sur tout ce qui est substance toxique hydrosoluble. Il faut dire aussi que le foie dans son processus de détoxification continue de détoxifier, il va produire des métabolites en partie qui sont aussi hydrosolubles. Donc le foie va détoxifier pour la fonction hépatobiliaire et pour les reins.

3 - Diminuer l'inflammation

Le 3ème principe c'est de diminuer l'inflammation pour éviter la tempête cytokinique, tout ce qui est provoqué par la protéine spike et éventuellement les adjuvants du vaccin.

 

4 - Chélation et 5 - Élimination

Et ensuite on a également la chélation pour piéger les éléments toxiques comme l'hydroxyde d'aluminium ou le graphène s'il existe. On peut parler de chélation du graphène même si le graphène est fait de carbone.  C'est une composition qui a une conformation structurelle moléculaire très particulière. Avec des molécules de carbone on peut avoir du charbon, on peut avoir du diamant, on peut avoir du graphène aussi. ...  par exemple pour la chélation de l'aluminium  ... la chélation où l'on va mobiliser des éléments toxiques de tissus vers la circulation, la détoxification qui se passe uniquement au niveau du foie. C'est un processus qui va convertir des éléments toxiques vers des éléments moins toxiques et prêts à être éliminés.

Et on a l'élimination.  Donc pour l'oxyde d'aluminium par exemple, les sels d'aluminium en général, on a besoin de quelque chose qui va faire chélater cet aluminium et puis on a besoin aussi de le faire éliminer. Donc la chélation, on peut par exemple utiliser le citrate ou le malate, citrate de magnésium, malate de magnésium par exemple. Pour l'élimination ce sont les éléments classiques, par exemple des plantes diurétiques, le plus connu dans l'alimentation par exemple le persil,ou bien des éléments qui pourraient aussi le faire éliminer en petites parties, puisque l'aluminium dans sa majorité est éliminé par les reins, donc qui pourraient le faire éliminer par le foie, la vésicule biliaire, tout ce qui est  aliments par exemple les radis, les crucifères brocolis etc.

Donc le brocolis soit sous forme alimentaire, mais le mieux c'est sous forme d'extrait standardisé donc sous forme de complément alimentaire. En plus de tout ce qui va stimuler le foie et les reins, ce qu'on avait cité auparavant : les différentes plantes, les aliments etc. 


Suramine et inhibition de la protéine spike.

Deux études ont été faites sur la suramine seule. Sur ces études on voit des résultats significatifs comme inhibiteur de la protéine spike. Par contre, quand on prend l'autre étude qui a fait la comparaison entre la chloroquine, la suramine et des colorants chimiques, notamment la (?) B, cette étude, sa méthodologie était plus intéressante que les deux autres études,  montre que la suramine, tout comme la chloroquine n'ont pratiquement zéro effet sur l'inhibition de la protéine spike.

 

L'inhibition hors d'un contexte de vaccination a un effet antiviral. Le virus contient dans sa constitution la protéine spike. Alors si on vient inhiber la protéine spike au niveau de la surface du virus, le virus ne pourra pas se fixer sur la surface de la cellule, ne pourra pas pénétrer dans la cellule, ne pourra pas se reproduire  dans la cellule et donc il sera très vite détruit.

 

Q? Donc la première phase de cette détox pourrait très bien servir en cas de début d'infection virale.


Recombinaisons

Ces deux technologies ont été déjà utilisées non dans les problèmes antiviraux mais en immunothérapie par exemple, pour le traitement du cancer etc. Différent risques pour l'ARN messager et l'adénovirus. Pour l'ARN messager, et pour l'adénovirus on a le risque de la recombinaison. La recombinaison virale c'est des virus qui sont de types différents mais de nature similaire, par ex. ARNm ARNm, vont se recombiner, c'est-à-dire échanger des morceaux entre eux. On parle de virus recombinants. Les recombinaisons existent naturellement. Ce qui pose question dans ces vaccins génétiques en général c'est cette capacité de recombinaison extrêmement importante. Les coronavirus mutent moins que les autres virus mais recombinent plus. Cette recombinaison est extrêmement rare. 1 cas par 1 million ou un cas par 10 millions.Le risque est très rare, mais s'il survient, on va créer un nouveau virus appelé virus recombinant qui va pouvoir se propager exactement comme l'a fait le sarscov 2 . On peut avoir des virus recombinants qui ont un niveau de dangerosité faible mais on peut aussi avoir le contraire. Ce n'est pas encore arrivé à cause de la vaccination mais c'est déjà arrivé avec le variant alpha, le variant anglais. Ce n'est pas un variant parce quand on dit variant, c'est dû à une mutation du virus lui-même. Or celui-là n'est pas un variant mais un recombinant. Probablement d'autres variants seraient aussi des recombinanants. On n'en sait rien. Le delta est apparu juste après le moment où l'Inde a commencé à utiliser son vaccin massivement.  Le problème est dans la vaccination de masse. Si on commence à vacciner un milliard de gens, il y aura forcément des recombinaisons, des contaminations et d'autres épidémies.


Il y a d'autres risques qui sont spécifiques au vaccin adénoviral. C'est de l'ADN d'un autre virus (par ex. chimpanzé). Un ADN complet auquel on a soustrait la partie qui permet la prolifération et le développement de ce virus, et on l'a remplacé par la protéine spike. Rien empêche cet ADN de s'intégrer dans notre propre ADN. 47:07

Audio de la conférence de la minute 31:00 à 48:00

 
 
 
 
 
 
 
 

Amin Gasmi répond à vos questions

 

lien vers la vidéo des réponses d'Amin Gasmi

3:27 - Préciser les termes thérapie génique, génétique, etc.

​​Vaccin génétique est une appellation pour désigner un type de vaccins antiviraux. Ce ne sont pas des thérapies mais on utilise des vecteurs ADN ou de l'ARN messager. Ça se fait par ingénierie moléculaire, le génie génétique.

 

La thérapie génique, c'est autre chose. La thérapie génique, déjà on utilise de l'ADN, des vecteurs adénoviraux. Le but est de modifier certains segments au niveau de l'ADN afin de corriger des problématiques génétiques. Si quelqu'un a une mutation grave qui augmente son risque de pathologie grave, à ce moment là ... pour des cancers aussi par exemple. Pour ce genre de problématique on utilise de l'ADN, des fragments d'ADN conçus spécialement pour cet effet-là, afin d'induire ces modifications, ces corrections au niveau du code génétique. Les fragments d'ADN utilisés en thérapie génique ont pour but de modifier l'ADN  spécifiquement dans des endroits précis qui sont identifiés en rapport avec des maladies bien précises.


Par contre pour les vaccins génétiques, c'est une ressemblance sémantique, mais c'est très différent. On sait que l'ARN messager ne rentre pas au niveau du noyau et ne peut pas être retranscris en ADN, et encore moins à intégrer l'ADN humain. Confirmé par 99,99% des données qui existent maintenant. Maintenant, concernant l'utilisation des adénovirus,  les vaccins à vecteur adénoviral, il pourrait avoir un risque minime d'intégration de ce vecteur adénoviral, tout le vecteur ou une partie au niveau de l'ADN humain. Il peut avoir un risque de 0,01 % jusqu'à 1% d'intégration du vecteur au niveau de l'ADN humain. Si ça s'intègre au niveau de l'ADN, ça ne veut pas forcément dire que c'est dangereux, sachant que notre ADN est à moitié viral. Dans l'évolution de l'espèce humaine, on a eu chaque fois des séquences virales qui s'intègrent. Mais il y a un risque très minime que cette intégration se fasse dans des endroits très délicats qui pourraient faire des dégâts ou provoquer des complications graves. 

8:14 - Contamination des vaccinées qui produisent beaucoup de protéines spike

Y-a-t-il un risque de contamination ?
Réponse : Cela paraît extrêmement difficile d'envisager cela. La transmission d'une protéine à une autre paraît impensable.


9:12 : Effets secondaires des vaccins : solutions pour limiter les douleurs musculaires.

Les douleurs musculaires peuvent être dues à plusieurs facteurs; ça peut être dû à un catabolisme protéique musculaire qui soit important par exemple ce qu'on appelle classiquement des courbatures.

Destruction des fibres musculaires ?

— Exactement, parce qu'en fait les muscles sont les lieux de stockage des protéines. Donc quand on fait un certain effort physique, on stocke les protéines dans les muscles, et ces protéines vont constituer les unités contractiles. Des muscles qui permettent tout simplement aux muscles de se contracter, et donc je prends par exemple quelqu'un qui n'a pas fait de sport depuis un certain temps et qui va entamer sa première séance, s'il force un petit peu il va avoir des courbatures, ce sont des petites douleurs, des micro-douleurs qui sont dues à des micro-déchirures au niveau des protéines contractiles, au niveau des muscles, ou à une dégradation importante au niveau de ces protéines là qui est due à cet effort qui n'est pas pour le coup bien toléré par la personne puisqu'elle n'a pas l'habitude de faire cet effort là.

 

Pareil pour le vaccin, puisque c'est normal en fait de au cours des premiers jours on peut avoir ces douleurs musculaires parce qu'il y a un mécanisme inflammatoire. Avec le vaccin on stimule la production des anticorps, on stimule aussi l'immunité cellulaire, cellules T, lymphocytes T. Donc ça crée une inflammation, et cette inflammation est bien connue pour dégrader une certaine quantité de protéines soit au niveau des muscles, soit au niveau des autres tissus, et ça produit cette douleur-là. Également comme autre facteur, les mitochondries quand elles sont dysfonctionnelles ou quand elles sont déficitaires au niveau des cellules (une cellule en moyenne peut comporter entre 1500 et  3000 mitochondries), et donc plus on a de mitochondries et plus on produit d'énergie. Et donc on dit plus on a de mitochondries, plus une cellule respire, parce que c'est là qu'intervient l'oxygène qu'on respire. Si les mitochondries sont dysfonctionnelles à cause de carences par exemple qui peuvent être dues  à une inflammation qui peut produire un déficit en micronutriments essentiels à la mitochondrie. Donc il y a ces deux facteurs qui sont les plus connus et il y en a d'autres. 

— La solution serait de prendre certains micronutriments qui aideraient l'oxygénation cellulaire ?

— Pour être prudent, il faudrait consulter son médecin traitant pour identifier ce que c'est, et si c'est dû à des déficits micro-nutritionnels ou un dysfonctionnement mitochondrial, il faudrait apporter les nutriments nécessaires que ce soit par l’alimentation ou par des compléments alimentaires notamment (?) des vitamines du groupe B notamment 13:07  B2 B3 B1 B12, donc les vitamines qui interviennent le plus, pour la B12 par exemple au niveau du cycle de Krebs et pour les autres au niveau de la phosphorisation oxydative, c'est la chaîne de transport des électrons au niveau de la mitochondrie qui finit par produire de l'ATP (adénosine triphosphate) notamment.  Un déficit en fer peut également avoir un impact indésirable sur le fonctionnement des mitochondries parce que le fer est un cofacteur aussi dans la première enzyme du cycle de Krebs et également dans la chaîne de transport des électrons. Ce sont les deux  voies principales au niveau des mitochondries qui synthétisent de l'ATP donc de l'énergie.

13:58  Si des effets secondaires durent plus de 20 jours, qu'est-ce qu'on fait ?

Le kit détox et consulter son médecin.

 
15:05 Problèmes de thrombose ?

A la base les thrombocytopénies induites par les héparines c'est un trouble immunitaire qui n'est pas spécifique au vaccin covid. Ça a été observé chez une minorité de personnes vaccinées, mais ça existe déjà et c'est bien connu.  En réalité c'est une complication immunitaire qui est due à un traitement par héparine qu'on observe sur une petite tranche de population, c'est du au fait que l'organisme, après exposition à l'héparine va synthétiser des anticorps qui seront dirigés contre cette même héparine et aussi d'autres facteurs, comme le facteur plaquettaire 4 par exemple, ce qui va provoquer dans une partie des cas, pas tous, la thrombocytopénie par héparine qui est toujours dangereuse et qui produit des complications très graves qui engagent le diagnostic vital, mais une partie de ces personnes qui présenteraient ce problème-là pourraient avoir des complications graves notamment des thromboses parce que le fait qu'il y ait ces anticorps qui sont dirigés contre l'héparine et le facteur 4 induit des facteurs de coagulation et ça crée une hyper-coagulation qui va aboutir à un moment donné à des complications parfois mortelles. Dans ces cas là, il ne faut pas utiliser du tout d'héparine. Au début on ne le savait pas et on donnait des traitements qui avaient l'effet inverse. Donc en fait les molécules qui sont en fait des récepteurs qui vont être activés par ce complexe anticorps facteur plaquettaire 4 et héparine vont induire ce qu'on appelle des ... certaines cellules du système immunitaire qui sont des monocytes en fait et aussi les plaquettes, et donc ça crée un état d'hyper-coagulation extrêmement dangereux. Mais ce n'est pas tout le monde qui présente ce problème par l'héparine qui va avoir des complications graves.


18:45 Efficacité de l'argile verte et du charbon végétal ?

En interne, par voie  orale, par rapport au charbon actif ou charbon végétal activé, ça se prend, on trouve, il y a des médecins qui recommandent ça pour des ballonnements par exemple ou certains types de douleurs gastro-intestinales, et c'est bien connu pour être utilisé dans des intoxications aussi parce que le charbon actif a une conformation moléculaire qui fait qu'il a un effet adsorbant, c'est-à-dire qu'il va par une pression négative, un système de pression négative, attirer plein de molécules, plein de toxines, plein de métaux toxiques, etc.  les attirer à l'intérieur et les piéger. C'est bien d'utiliser ... à ce moment là le charbon actif en général pendant quelques jours parce que ça crée aussi de la constipation à un moment donné. L'argile verte est plus intéressante dans ce sens-là. Est-ce que ça sert en cas de détox vaccinale ? non, parce que ça agit au niveau local, au niveau de l'intestin. ça pourrait avoir des effets indirects même très indirects puisque ça va diminuer la toxicité au niveau de la barrière intestinale, au niveau du microbiote et tout ça, et comme on a 80% du système immunitaire qui est situé au niveau du dernier tiers de l'intestin donc de l'autre côté de la barrière intestinale, l'intestin grêle, ça pourrait diminuer le niveau d'inflammation par exemple, mais ce n'est pas très significatif, ça n'a pas d'intérêt particulier.  Il y a des choses plus intéressantes que cela.