Transhumanisme : L'innommable poulailler de Klaus Schwab

Les disciples idéologiques de Schwab. Les effets d'une intention criminelle ne peuvent être que désastreux.

Résumé

Le bien connu Klaus Schwab est un milliardaire nostalgique du nazisme qui idéalise un monde qui y ressemble beaucoup. Sa perversité peut plaire à certains politiciens à la conscience très obscurcie et aux dents longues. Les conditions étaient réunies en 1992 pour qu'il crée les "Young Global Leaders" (« Jeunes Leaders Mondiaux ») composés de psychopathes capables de mettre en oeuvre son  idéologie liberticide et criminelle. Le but affiché de Schwab est le bien de tous, c'est-à-dire le sien et celui de ses comparses. Avec Schwab et ses disciples qui ont bien appris la leçon, il faut exprimer les choses à l'envers. Quand on lèse des êtres humains, on parle de philanthropie. Lorsqu'on tue on parle de sauvegarde du monde (c'est-à-dire de l'oligarchie).  La médiocrité devient génie, etc. Avec lui et ses sbires, on est dans l'infra-humain. Le mal est profond. Avec ses comparses dénaturés, il représente l'asservissement, la destruction, les valeurs inversées, ce que d'aucuns appellent le satanisme.



Jeunesse  schwabiste.jpg

Young Global Leaders 

Le Young Global Leaders («  Jeunes Leaders Mondiaux »), ou Forum of Young Global Leaders, est une  organisation indépendante à but non lucratif gérée depuis Genève, en  Suisse, sous la supervision du gouvernement suisse. Lancés par Klaus  Schwab du Forum économique mondial en 2004, les Young Global Leaders  sont gouvernés par un conseil d’administration de douze leaders mondiaux  et industriels, allant de la reine Rania de Jordanie à Marissa Mayer de  Yahoo! et le cofondateur de Wikipédia, Jimmy Wales.


Schwab a créé le groupe avec 1  million de dollars gagné du prix Dan David, et la classe inaugurale de  2005 comprenait 237 jeunes leaders. Les jeunes leaders mondiaux  participent à la réunion annuelle des nouveaux champions, créée en 2007  et connue de manière informelle sous le nom de « Summer Davos », aux  côtés d’entreprises de croissance mondiale et d’autres délégations au  Forum économique mondial. Dans Business Week, Bruce Nussbaum décrit les  Young Global Leaders comme « le réseau social privé le plus exclusif au  monde », tandis que l’organisation elle-même décrit les dirigeants  sélectionnés comme représentant « la voix de l’avenir et les espoirs de  la prochaine génération ».


Représentant plus de 70  nations différentes, les Young Global Leaders sont nommés par des  anciens pour un mandat de six ans et sont soumis au veto pendant le  processus de sélection. Les candidats doivent être âgés de moins de 38  ans au moment de l’acceptation (ce qui signifie que les YGL actifs ont  44 ans et moins) et être très accomplis dans leur domaine. Au fil des  ans, il y a eu des centaines de lauréats, dont plusieurs célébrités, aux  côtés de personnalités et d’innovateurs reconnus dans les domaines de  la politique, des affaires, du milieu universitaire, des médias et des  arts.


En 1992, Schwab a créé l’école  Global Leaders for Tomorrow, qui a été rétablie sous le nom de Young  Global Leaders en 2004. Parmi les membres de la toute première promotion  de l’école en 1992 figuraient déjà de nombreuses personnalités  politiques libérales importantes, telles qu’Angela Merkel, Nicolas Sarkozy et Tony Blair….. D’autres noms notables figurent sur la liste de l’école : Jacinda Ardern, Emmanuel Macron,  le président de la France ; Mais la liste des anciens élèves de l’école  ne se limite pas aux dirigeants politiques. On y trouve également de  nombreux capitaines de l’industrie privée, dont Bill Gates de Microsoft, Jeff Bezos d’Amazon, Richard Branson de Virgin, et Chelsea Clinton de la Fondation Clinton.  Là encore, tous ont exprimé leur soutien à la réponse mondiale à la  pandémie, et beaucoup ont récolté des bénéfices considérables grâce à  ces mesures. En 2007, l’organisation a lancé un programme intitulé «  Table for Two », visant à prévenir à la fois la malnutrition dans les  pays en développement et l’obésité dans les pays développés8. ​​(francemediasnumerique.com pour Young Global leaders)