Pages Santé

 

Covid - Remèdes psychologiques Ariane Bilheran


Sur une autre page :

Remèdes psychologiques Gosselin

Remèdes spirituels

Lien vers l'article "La voie pour sortir du traumatisme"

 

La voie pour sortir du traumatisme (22 novembre 2021)

Intervenants : Dr Ariane Bilheran, Reiner Füllmich, Viviane Fischer, Xavier Azalbert, Virginie de Araujo-Recchia

 

Notes
- Viviane Fischer appartient à la plateforme Translation Bridge, pont entre l'Amérique et l'Europe offrant des traductions de travaux de professionnels et de chercheurs de vérité concernés par le bien-être physique et mental des êtres humains.

- Ariane Bilheran est psychologue clinicienne docteur en psychopathologie, conférencière universitaire, auteur et consultante auprès des entreprises. Elle est spécialisée sur le harcèlement, la paranoïa, l'abus de pouvoir et la réappropriation de son pouvoir personnel.

- Reiner Fuellmich est le célèbre avocat, apôtre d'un procès international pour crime contre l'humanité de l'OMS, le forum de Davos, etc.

Introduction


1:37 Reiner: Mettons en exergue les trois questions importantes dont nous allons parler.
- Pourquoi les gens sont-ils sous l'effet d'un délire collectif ?
- Pourquoi certaines personnes n'y participent pas, quels que soient leur niveau d'étude ou leur statut?
- Et aussi le système totalitaire utilise le harcèlement pour se mettre en place.
L'outil ultime de la paranoïa est le harcèlement pour se mettre en place, et elle va ausi nous parler de l'intention de nuire.

Viviane: Nous allons commencer avec la première question. Pourquoi les gens sont-ils pris dans un tel délire collectif ? Quelle est la cause psychologique de tout cela ?

 

Le délire collectif

 

Ariane: Je vais parler d'un point de vue moral et politique et de psychopathologie, c'est à dire l'étude des processus psychiques individuels et collectifs qui font que nous sommes dans cette situation aujourd'hui.

 

Nous sommes dans une dérive totalitaire. Le totalitarisme vise une domination totale sur la vie des individus, notamment jusqu'à leur vie intime. Le totalitarisme fonctionne à l'idéologie, c'est-à-dire à la création d'une croyance fausse qui se substitue à la réalité et auquel on est prié d'adhérer. L'idéologie c'est ni plus ni moins qu'un délire puisque le récit ne correspond pas à la réalité de l'expérience. Un délire en psychopathologie est la création d'une nouvelle réalité dans un récit pour remplacer une réalité existante. et nous sommes donc dans un délire collectif. Pour comprendre comment cela fonctionne, il faut se relier au fait que le régime totalitaire s'appuie sur des maladies mentales. Les pathologies mentales qui prennent le pouvoir dans un régime totalitaire, ce sont : la psychose paranoïaque, la perversion et la psychopathie.

La paranoïa fonctionne avec le désir de persécution. Désigner un ennemi, ici un virus. Il s'agit dans la paranoïa de désigner l'ennemi, et il est  normal dans le délire paranoïaque de le harceler, de le persécuter.

Folie raisonnante : Elle a l'apparence de la raison, mais c'est faux. Il y a 3 problèmes :

  1. c'est un raisonnement qui se fonde sur des interprétations.

  2. il ne suit pas les règles de la logique.

  3. il n'est pas en rapport avec la réalité de l'expérience.

 

Le harcèlement

6:25 Pour s'instaurer et survivre, le régime totalitaire a besoin d'un ennemi identifié qui légitime son existence. Et la présence de cet ennemi justifie la mise en place de mesures d'exception, de confiscation des droits, et cela passe par le harcèlement. Comment fonctionne le harcèlement? Le harcèlement c'est la méthode du régime totalitaire. Le harcèlement est le fait d'exercer des pressions sur des individus pour entretenir un état de terreur. Le harcèlement c'est la manipulation à la terreur et à l'empathie. Par ex. si tu ne mets pas ton masque, tu vas tuer ta grand-mère. Une manipulation sur les émotions. Le but du harcèlement, c'est d'obtenir quelque chose des individus qu'ils n'auraient pas donné s'ils n'avaient pas été harcelés. Pour faire des harcèlements efficaces, il faut utiliser des traumatismes répétés sur la durée. Un traumatisme est une menace à l'intégrité de la personne et une menace de mort. C'est le message qui a été passé en 2020 aux populations : nous allons tous mourir.


Le harcèlement utilise aussi le sentiment de culpabilité et la séduction des populations, mais aussi le chantage, les intimidations et la menace.  Et enfin, c'est un abus de pouvoir, parce que c'est toujours une personne qui a du pouvoir sur les autres qui peut exercer le harcèlement. Une autre chose qu'utilise le harcèlement et qu'on a vu : c'est un conflit de loyauté. C'est à dire qu'on oblige les personnes à choisir entre deux choses entre lesquelles il est impossible de choisir, par exemple entre sa santé et son travail.

Le harcèlement est le chef-d’œuvre des psychoses paranoïaques et il comprend l'intention de nuire à l'autre. La nuisance à l'autre est considérée comme nécessaire au nom d'un idéal délirant, inatteignable, par exemple l'éradication du virus.  Et dans la psychose paranoïaque qui est le délire du système totalitaire, on exige le sacrifice de certains citoyens, c'est-à-dire que l'individu n'est plus considéré comme un être à part entière avec une dignité et une intégrité mais comme un moyen d'acquérir un but. Donc si on doit le justifier parce qu'on estime que c'est justifié, on le sacrifie.

Viviane: sur la culpabilisation des non vaccinés. 


Ariane: en fait, dans l'illusion paranoïaque, il y a des thèmes, et il y en a un qui est l'hypocondrie délirante. Et il faut trouver un coupable pour sentir l'impression de cette maladie.


11:36 Reiner: Cela veut dire que si le même message : ah! il y a un dangereux virus, si ce message nous était transmis calmement, ça ne marcherait pas. Le harcèlement est nécessaire; Il faut que cela nous soit martelé. Nous devons être menacés. Cela marche uniquement parce qu'ils font du harcèlement.


Ariane: il est nécessaire de créer une angoisse. C'est fondamental, parce que ça va abîmer les liens de confiance entre les gens. La paranoïa est la méfiance de tous contre tous.


Viviane: Puis-je vous demander si cela provient d'un instinct? Par exemple les politiciens disent : " nous avons besoin de mener la population dans cette direction". Donc juste parce que je le sens ainsi, je dois le faire de cette façon. C'est fait ainsi. Ou bien quelqu'un a vraiment réfléchi sous l'angle de l'ingénierie sociale pour sortir le message exact qui conduira les gens dans un certain endroit. Cela s'est juste développé par coïncidence ou pensez-vous que c'est un script écrit pour mettre les gens dans un état de délire ?

Reiner: Y-a-t-il un agenda bien planifié derrière tout cela ?

Ariane: la paranoïa est une conception du monde qui concerne beaucoup de passionnés et d'abuseurs de pouvoir. Donc c'est lié au complot, c'est-à-dire que ceux qui complotent sont les paranoïaques au pouvoir. C'est une conception du monde dans laquelle le groupe d'individus qui va être au pouvoir avec cette conception paranoïaque s'estimant continuellement persécuté a besoin de persécuter les autres pour rester au pouvoir. Ça suppose l'intention de nuire et quelque chose qui s'inscrit dans la durée. Il y a une responsabilité..

Reiner: Très intéressant. Il semble selon moi, si j'ai bien compris, que dans nos systèmes sociaux, ceux qui montent au plus haut de l'échelle et finissent dans les partis politiques en particulier, ils sont... (écoutez si je regarde les politiciens ici en Allemagne, sans aucun doute, ils souffrent de paranoïa.) Est-ce exact que beaucoup parmi eux souffrent de paranoïa  dans le sens que s'ils ne se défendent pas, ils vont perdre le pouvoir, et ils sont donc d'accord pour faire avancer cet agenda seulement si on leur dit : " vous allez perdre votre pouvoir si vous ne faites pas avancer cet agenda ".

15:05 Ariane: mon point de vue est que la psychose paranoïaque (c'est donc un délire  de persécution, les autres me veulent du mal), se déclenche à partir de culpabilités réelles. et à partir du moment où on accède sans doute avec des méthodes pas très correctes au pouvoir et qu'on s'y maintient, et qu'on va avoir des actes coupables, on va se sentir de plus en plus persécuté, et donc on va de plus en plus persécuter les autres.

Reiner: est-il correct premièrement qu'il y a un agenda bien planifié derrière tout cela, et deuxièmement ceux qui mettent en place cet agenda, les politiciens qui sont au pouvoir, sont suffisamment paranoïaques pour faire avancer l'agenda, car s'ils ne le font pas avancer, ils vont perdre leur pouvoir.  

Ariane: je vais répondre déjà à la deuxième question. Ils ont une angoisse de ne pas être légitimes  au pouvoir par rapport aux actes déjà commis et qu'on le découvre, nous le peuple. Ensuite, il y a un agenda transhumaniste. (j'ai envoyé un dossier hier à Reiner). Cet agenda n'est jamais sorti du nazisme. C'est la même conception du monde. D'un côté la paranoïa porte l'idéologie, le message, la fausse croyance : "on est persécuté". Il y a une menace extérieure ou intérieure, il faut rappeler que c'était la même conception pour l'épidémie de typhus, ce qui a justifié la persécution des juifs au niveau du nazisme.
Mais il n'y a pas que la paranoïa. La paranoïa c'est l'idéologie, le délire, la stratégie, l'agenda, le planning et la persécution. Mais on a aussi la perversion. Par exemple des profils pervers qui vont s'enrichir et tirer leur intérêt sur les crises. Et cela participe aussi du système totalitaire.

15:33 Viviane: Est-ce que les mêmes individus peuvent être paranoïaques et pervers ?

Ariane: Il y a des traits pervers dans la paranoïa, il y a des ponts. Ce qui nous intéresse, c'est qu'il y a une contagion du délire. On ne peut pas dire : il y a quelques profils paranoïaques. Il y a quelque chose de contagieux. Est-ce que les paranoïaques croient à leur délire : oui, mais ils ont l'intention de nuire. Ils croient en leur délire, mais ils justifient l'utilisation du harcèlement, du sacrifice d'individus, pour soi-disant lutter contre l'ennemi.

Base juridique du harcèlement

18:30 Xavier:  Est-ce que c'est une base juridique qui peut être reconnue par un tribunal ?

18:41 Ariane:. J'ai eu une discussion en 2010 avec des professeurs en droit pénal à propos de cette question et j'ai envoyé l'article en français à Reiner de mont point de vue de psychologue à la question de la responsabilité pénale dans le harcèlement.

Xavier: La question est  : comment pourrait-on caractériser la responsabilité pénale ?

Ariane: L'intention de nuire à l'intégrité. Il a conscience de ça. Il justifie que c'est pour le bien du peuple, le bien de l'autre qui le maltraite mais il est conscient de maltraiter et de harceler.

Reiner: Ce genre de tentative même si elle est produite par la paranoïa, est-elle valide au sens criminel du point de vue de la loi ou est-ce excusé, comme ils disent ici en Allemagne.

Ariane: c'est toute la question entre la psychologie et le droit. On va parler de psychose, puisqu'il s'agit d'un délire, et normalement la responsabilité pénale devrait être exonérée. C'est l'article sur ce point précis que j'ai envoyé à Reiner. Donc si la personne est psychotique et donc délirante, elle est exemptée de responsabilité pénale. Mais mon point de vue qui avait été sollicité comme experte à l'époque, c'est que sur cette psychose en particulier, il y a l'intention de nuire personnellement. Ensuite elle va être justifiée, mais la personne sait très bien ce qu'elle fait au niveau de la nuisance sur l'autre. Simplement elle va justifier que c'était bien normal d'atteindre son intégrité.

20:47 Virginie: Donc dans ce cas particulier où l'on voit que l'on a des liens particuliers, de la collusion, on peut estimer qu'il y a une intention de nuire consciente.

20:58 Ariane: Mais qui est justifié: ce n'est pas grave que quelques-uns meurent, c'est le sacrifice pour le bien commun.

Viviane: Quand je vois des personnes alimenter toute cette panique, cette pandémie, peu importe, comme ici en Allemagne en tout cas, je ne pense pas par exemple que le Pr Drosten soit complètement délirant. Je ne peux pas imaginer qu'il soit complètement délirant sur ce qui se passe. A maintes occasions, il a dit : "oh, le virus n'est pas si terrible". On dirait que c'est plus comme une sorte de concept. Quand il mentionne: cet aspect, c'est dangereux et puis ce n'est pas si dangereux, il fait des allers-retours. Ce n'est pas comme s'il est... Je le prends juste pour exemple, mais je ne pense pas qu'il soit dans un délire complet. C'est comme si c'est le virus le plus dangereux que nous ayons vu, et le vaccin fonctionne, tout le monde doit le prendre et il n'a aucun effet secondaire. Il me semble qu'il sait... Je l'ai aussi écouté dans un comité d'investigation, ici en Allemagne. Je pense qu'il pouvait voir clairement que nous n'étions pas dans une situation pandémique horrible, mais il est toujours en train de tirer les ficelles pour faire avancer cet agenda,  comme par exemple, donner des excuses pour le prochain confinement et toutes ces choses. Je ne crois pas personnellement qu'ils soit en plein délire.


23:22 Ariane: En fait nous avons affaire à un délire paranoïaque de type hypocondriaque délirante qui a certainement a été impulsé par des profils paranoïaques dans leur conception du monde, mais d'abord leur conception du monde c'est d'être persécutés par nous,  c'est-à-dire de très grands milliardaires qui par le fait de détenir la fortune qu'ils ont, sont coupables vis-à-vis de l'humanité, qui pour la plus grande partie est dans une grande pauvreté. Donc le délire paranoïaque pour eux, est la persécution venant de nous. Et ce qui arrive ensuite, c'est le fait de cibler une partie de la population, ensuite toute la population, comme étant l'ennemi. Mais il y a plein d'autres profils, il y a des personnages très cyniques, il y a des profils pervers qui tirent les ficelles pour leur intérêt qui ne croient pas du tout en l'idéologie. Le totalitarisme est le règne de la corruption et le règne des médiocres.

Reiner: C'est un très bon point, parce que nous avons appris en parlant à certains experts (au sujet du Dr Drosten), il a de bonnes raisons de croire qu'il doit se protéger car sa réputation a été bien endommagée. En tant que professeur, vous devez normalement écrire une thèse, ce qu'il n'a pas fait. C'est la raison pour laquelle deux scientifiques ont regardé de près son cursus universitaire et ils ont trouvé qu'il y a de très bonnes raisons de se demander s'il a bien écrit sa thèse de doctorat. Peut-être qu'il n'est même pas un vrai docteur. Dans ce contexte, cela expliquerait pourquoi il aurait des traits paranoïaques parce qu'il est simplement un médecin médiocre ou peut-être pas un scientifique médiocre, mais il a une sorte de paranoïa qui le pousserait à faire ce qu'il fait, c'est-à-dire suivre les ordres de ceux qui tirent les ficelles parce qu'il se protège.

25:45 Ariane: En fait le délire paranoïaque est contagieux et ce qui va se passer, c'est qu'il y a énormément de profils psychiques qui vont régresser et qui vont pouvoir devenir pervers par exemple, c'est-à-dire qu'en temps normal ils n'auraient jamais fait ce qu'ils font mais en temps totalitaire, puisque c'est autorisé, et eux aussi absorbent l'angoisse, mais clairement il y a plein de chefaillons, de gens qui avaient une revanche à prendre sur le système qu'ils vont prendre le pouvoir. En clair, des gens qui vont se révéler pervers, alors que dans un autre contexte, ils ne l'auraient pas été.

Le totalitarisme persécute les vrais experts, il n'en veut pas. Il ne veut pas des gens qui ont un discours de vérité.

 

Pourquoi certaines personnes ne tombent pas dans le délire ?


Viviane: Quelle est la situation des personnes qui se questionnent sur ce qui se passe ?  Comment se fait-il qu'elles ne soient pas tombées dans le délire ? Parce que la deuxième question est : Pourquoi des personnes ne tombent pas dans le piège, indépendamment de leur niveau d'étude et de leur statut ? Nous avons vu que cela ne dépend pas de si vous êtes un professeur, un avocat ou quoi que ce soit d'autre pour être capable de voir ce qui se passe. Quel est le point commun entre ces personnes  ?

Premier point

27:26 Ariane: Alors j'ai plusieurs hypothèses. La première hypothèse c'est que ce sont des profils autonomes qui sont capables d'être isolés des groupes. Cela suppose dans son développement psychologique d'avoir intériorisé une certaine autonomie,  c'est-à dire la capacité à respecter les lois même si  à l'extérieur ça ne fonctionne plus, à l'extérieur tout est transgression. Il y a une autonomie interne qui a été acquise dans le développement psychologique  de la personne. Dans cette première hypothèse, ce sont des individus qui ont réellement intégré des interdictions fondamentales de la civilisation, notamment l'interdit du meurtre.

28:19 Reiner: ils ont une boussole intérieure, si on peut dire. Ils savent où ils vont. Peu importe ce que pense le groupe, ils peuvent encore distinguer le bien du mal. 

Deuxième point

 

Ariane: Oui, je vais y venir parce que ça a un rapport avec la vérité. Le deuxième point (pour les personnes qui n'entrent pas dans le délire). L'idée du totalitarisme est : l'individu n'est rien; restons tous collés, le corps collectif est tout. ça c'est le premier point. Deuxième point : ce sont des profils qui ont intériorisé, accepté dans leur développement psychologique notre finitude (je ne suis pas tout ni sur un plan spatial ni sur un plan temporel. Je n'ai pas tous les droits, et je vais mourir).

Xavier : Ce sont des gens qui sont plus terriens, peut-être...


Reiner: Ils sont connectés à la réalité.


Ariane: ça c'est un autre point. Le point n° 2 est très important : c'est que psychologiquement la vie c'est une perte, c'est-à-dire nous sommes en train d'avancer dans le temps donc nous allons... à un certain moment cela nous rapproche de notre mort. Nous ne pouvons pas tout avoir, nous ne pouvons pas avoir tous les pouvoirs, c'est-à-dire nous sommes des êtres limités. Par exemple, dans ce deuxième point, nous avons conscience du temps qui passe. et nous avons conscience que nous n'occupons pas tout l'espace. Pour le totalitarisme, le temps n'existe pas. Il fonctionne de façon circulaire et immobile. Et l'autoritarisme vise l'expansion spatiale.


30:26 Viviane: Peut-être aussi avec le 2ème point ? Cela signifie que vous pouvez voir les limites de ce que vous êtes autorisés à faire. Vous savez en fonction des droits de autres. En fait nos lois fondamentales. Vous ne pouvez vivre vos droits, vos libertés... Sans interférer... Tuer quelqu'un d'autre ou vous amuser ... ou quelque chose comme ça.

30:51 Xavier: Est-ce que ça veut dire que si quelqu'un connaît ses limites, peut-on dire que c'est une compréhension de la relativité de tout le système, de sa propre relativité.
 
3118 Ariane: Tout à fait, de sa propre finitude.


31:27 Reiner: Ces gens, par le fait même qu'ils ont peur qu'un  jour ou l'autre quelqu'un puisse découvrir qu'ils sont tout au plus médiocres ils finissent par fantasmer sur l'omnipotence et ils veulent vivre pour toujours. exact ? Je vous pose une question très simplifiée. Est-ce la raison pour laquelle ces gens adhèrent au totalitarisme, pour nous empêcher de découvrir qu'ils sont simplement médiocres? Il est alors nécessaire pour eux de s'échapper dans des rêves ou des croyances grandioses ... la vie éternelle..., il n'y a aucune limite de temps pour eux.

32:16 Ariane: oui, dans le transhumanisme, il y a le délire d'immortalité.


32:25 Reiner: Cela explique tout, oui

 

Troisième point

32:28 Ariane: 3ème point. Une capacité à clarifier les places et avoir  un ancrage de vérité. L'ancrage de vérité, la capacité de faire la différence entre la vérité et le mensonge ça va avec la capacité morale. Du point de vue psychologique, ça va ensemble, la capacité de distinguer le bien et le mal, parce qu'il ne peut pas y avoir de justice si on ne recherche pas la vérité. Au contraire, le totalitarisme est le règne du mensonge, de l'arbitraire et de l'injustice.

Quatrième point

 

33:12 Ariane: 4ème point : la capacité pour une personne de surmonter les traumatismes. Ceci peut venir d'expériences passées. Et une capacité en même temps de prendre de la distance par rapport aux discours qui sont dits sur le trauma. parce que le totalitarisme traumatise et dit : ce n'est pas grave, c'est rien, c'est pour votre bien. 

 

Cinquième point


33:43 Et le cinquième point  est l'ancrage avec la réalité. Moins les personnes auront fait des études, plus elles seront en lien avec les réalités de l'expérience, moins elles seront dans le discours, et plus elles seront dans l'expérience, moins elles sont manipulables.

34:14 Reiner: bien, très bien.

 

Ariane: En clair, l'exemple que je prends. Si on vous raconte et qu'on fait un grand doctorat sur le fait  que c'est bien d'arroser une plante avec de l'essence, quelqu'un qui est juste dans la réalité de l'expérience sait que ça n'est pas bien, il ne sait pas l'expliquer, mais il sait que ce n'est pas bien. C'est ce qu'on appelle en psychologie le principe de réalité.  

34:48 Reiner: Ce qui se passe ici, les gens qui ne sont pas victimes de ce faux narratif, de cette sorte de paranoïa,  ce sont les gens ancrés dans la réalité qui peuvent discerner les mensonges de la vérité et qui ont une vision claire de ce qui est bien ou mal. C'est ce que le point met en lumière. Bien sûr c'est plus compliqué que les 5 points que vous avez mentionnés mais je pense vraiment que cela met en lumière. Nous devons être ancrés dans la réalité. Nous devons être capables de comprendre nos limitations : nous allons tous mourir un jour, et nous devons être capables de différencier le bien du mal. Je pense que c'est vraiment cela. Si vous n'avez pas ces capacités, il est alors plus facile d'être une victime des histoires paranoïaques qu'ils nous racontent.

Xavier: Reiner, je dois rajouter ce qu'Ariane a dit : plus les gens sont éduqués, plus ils perdent le contact avec la réalité. Quelqu'un qui a fait de hauts études, cela demande une morale au-delà des limites?


36:07 Ariane: oui, une morale, une expérience de vie, un rapport à la vérité.


Xavier: Cela peut provenir de son héritage familial, son expérience personnelle, les événements de votre vie.


Ariane: Par exemple, il est certain que des gens qui ont déjà vécu des situations de type totalitaire dans des entreprises, dans leur famille, et qui en sont sortis, et qui ont traversé plein de traumatismes par rapport à cela, sont beaucoup plus immunisés aujourd'hui à ce qui se passe que les autres.  Comme la magnifique Vera Sharav, moi j'adore...

36:55 Viviane: Ok très intéressant. Cela donne matière à réflexion.


Reiner: C'est super! je pense que c'est la prolongation de ce que nous a dit le Pr Desmet. Ça se complète parfaitement. Cela nous donne même une idée bien plus grande du tableau et même une idée plus claire de ce qui est derrière tout cela. Je suis très reconnaissant que vous ayez pris le temps et vous deux aussi pour avoir traduit. Merci beaucoup Virginie et merci beaucoup Xavier.

37:37 Ariane: Quelle est la promesse? Nous avons besoin de comprendre pourquoi le totalitarisme fonctionne sur les populations ? ça fonctionne sur la population parce que dans le totalitarisme, une promesse est faite (qui ne sera pas tenue). La promesse aux populations, c'est la prise en charge totale de la souffrance de leur existence.  et le retour à un paradis perdu.


Reiner: C'est une croyance d'enfant, si quelqu'un peut y croire.


Ariane: Absolument, et donc c'est une tentation pour la majorité de régresser dans les bras de maman et de ne pas prendre ses propres responsabilités.


38:28 Remerciements...