Les investisseurs institutionnels

​Moins d'une poignée de grandes entreprises domine tous les aspects de nos vies. Ce sont d'énormes sociétés d'investissement qui déterminent le cours des flux d'argent.

On retrouve ces grandes entreprises dans toutes les industries : pétrole, textile, alimentaire, nouvelles technologies, informatique, tabac, industrie pharmaceutiques, institutions scientifiques qui produisent les médicaments, sociétés minières, agricoles, automobile, aéronautique et militaire, moyens de paiement, banques, assurances, chaînes de restaurants, cosmétiques…

Les investisseurs institutionnels sont principalement constitués d’entreprises d’investissement, de fonds d’investissement, de banques, de compagnies d’assurance, parfois de gouvernements. A leur tour, ils appartiennent eux-mêmes à des actionnaires et le plus surprenant est qu’ils possèdent les actions les uns des autres.

Parmi ceux-ci, Vanguard et BlackRock sont au sommet de la pyramide. Ils détiennent toutes les actions des entreprises et des investisseurs de ces entreprises. C’est un monopole complet. Ensemble, ils représenteront 20 trillions de dollars en 2028.

Blackrock est la seule agence privée qui travaille en étroite collaboration avec la banque centrale. Il lui prête de l'argent, mais c'est aussi le conseiller, et il a également développé le logiciel qu’elle utilise. De nombreux conseillers de Blackrock étaient à la maison blanche avec Busch et Obama. Blackrock est détenu par des actionnaires, le plus grand étant Vanguard. Après cela devient opaque car Vanguard est une société privée, et on ne peut pas savoir qui sont les actionnaires. L'élite qui possède Vanguard n'aime pas être sous les projecteurs.

Un pour cent du monde possède la richesse mondiale. En 2017,  82% de l'argent gagné est allé à ce 1%.

En mars 2020, il y avait 2095 milliardaires dans le monde. Vanguard appartient aux familles les plus riches du monde. Elles ont toujours été les plus riches, même avant la révolution industrielle. Beaucoup sont des familles royales. Elles n'ont jamais perdu le pouvoir mais ont dû se cacher derrière des entreprises comme Vanguard dont les actionnaires sont les fonds privés et à but non lucratif de ces familles.

[source : Vrouwen Voor Vrijheid]

Les fondations

Que sont les organisations à but non lucratif ? Elles font le lien entre les entreprises, la politique et les médias. Cela cache un peu les conflits d'intérêt. Ces organisations appelées fondations dépendent des nations. Elles n'ont pas à révéler qui sont leurs donateurs. Elles peuvent investir l'argent comme elles l'entendent et ne paient pas d'impôt aussi longtemps que les bénéfices sont investis dans de nouveaux projets. Elles gardent entre elles des centaines de milliards de dollars. C’est le moyen idéal pour financer les terroristes et le blanchiment d'argent massif. Les fondations et les fonds des familles les plus riches restent autant que possible à l'arrière plan. Pour les questions qui retiennent beaucoup l'attention, on utilise des fondations de philanthropes qui sont riches mais de rang inférieur.

Il y a trois fondations plus importantes qui relient toutes les industries du monde. C’est la fondation Bill et Melinda Gates, l’ Open Society du multimilliardaire Soros, et la fondation Clinton.

La fondation Gates est le plus grand sponsor de l'OMS depuis l'abandon de Trump en 2020. Donc c'est l'une des entités les plus influentes en ce qui concerne notre santé. Elle travaille en étroite collaboration avec les plus grandes sociétés pharmaceutiques dont Pfizer, AstraZeneca , Johnson & Johnson, BioNTech et Bayer. Bill Gates n'était pas un pauvre type devant un écran qui est devenu miraculeusement très riche. Il est issu d'une famille d'un philanthrope qui travaille pour l'élite absolue. Son Microsoft appartient à Vanguard, Blackrock et Berkshire Hathaway. La fondation Gates est le plus gros actionnaire de Berkshire Hathaway après Blackrock et Vanguard. Il était même membre du conseil d'administration là-bas.

[source : Vrouwen Voor Vrijheid]

Les médias

Réalisation des programmes, des films et documentaires. Propriété des chaînes de diffusion.

90% des médias internationaux appartiennent à 9 conglomérats médiatiques. Que ce soit le monopoleur Netfix ou Amazon Prime, ou d'énormes consortiums comme Time Warner, la Walt Disney compagnie, Fox corporation, etc. Les mêmes noms Vanguard et BlackRock possèdent les actions. Ces sociétés ne réalisent pas seulement tous les programmes, films et documentaires, mais elles possèdent les chaînes sur lesquelles ils sont diffusées. Ainsi non seulement les industries mais aussi l'information appartiennent à l'élite.

Comment cela fonctionne aux Pays bas?

Aux pays bas, toutes les médias grand public appartiennent à 3 entreprises : Périscope,  Médiahuis , Bertelsmann (également propriétaire de Penguin Random House). Ils appartiennent à des fonds privés de 3 familles, 2 belges et 1 allemande. Ces trois familles se sont rangés du côté des nazis pendant la guerre.

Provenance des informations

Les informations proviennent des agences de presse ANP et REUTERS. Ces agences ne sont pas indépendantes. Elles appartiennent à de puissantes familles. Les journalistes et rédacteurs en chef travaillant pour ces agences sont membres d'une agence de journalisme comme le Centre Européen de Journalisme (European Journalism Center), un des plus grands sponsors européens des projets liés aux médias. Ils éduquent les journalistes, fournissent des espaces de formation, des agences de presse, et travaillent en étroite collaboration avec Google et Facebook...
 

Provenance de l'analyse et des points de vue journalistiques

Pour l'analyse et les points de vue journalistiques, les grands médias utilisent PS (Project Syndicate). C'est l'organisation la plus puissante du domaine. PS et leurs organisations sont avec les agences de presse le lien entre tous les médias du monde entier.  Lorsque les présentateurs lisent leurs nouvelles, il y a de fortes chances que le texte provienne de l'une de ces organisations. C'est la raison pour laquelle les médias du monde entier montrent une synchronicité dans leurs reportages.  

Centre Européen du Journalisme

Encore une fois, apparaît la fondation Gates et la fondation Open Society, et sont également fortement sponsorisés par Facebook, Google,le ministère de l'éducation et des sciences et le ministère des affaires étrangères.

Production des actualités

Qui sponsorise l'organisation et les agences de presse qui produisent les actualités ? Avec PS, nous voyons la BMGS (Bill et Melinda Gates), Open Society, et le Centre Européen de Journalisme.

Diffusion des nouvelles

Les organisations qui diffusent les nouvelles sont payées par les organisations à but non lucratif de la même élite qui possède également l'ensemble des médias. Mais aussi une partie de l'argent des contribuables est utilisée pour les payer. En Belgique, il y a des manifestations depuis que Périscope et Mediahuis reçoivent des millions d'euros du gouvernement alors que beaucoup sont à l'étranger.

Conclusion

En guise de conclusion, nous prenons notre service public de radiodiffusion néerlandais NTO. La critique selon laquelle il s'agit d'un porte parole du gouvernement qui pourrait être en soi le porte parole de la grande entreprise n'est pas sans fondement. Le président du conseil de surveillance de NPO est Rjibbe Joustra. Il a rédigé la plateforme électorale du VVD, un parti libéral de droite. L'ancien leader du VVD, Ed Nijpels, était président d'avrotros. Le législateur du VVD, Eric Van den Burg, était président du NTR. L'ancien président du VVD, Bas Eenhoorn, est désormais président du WNL. L'ancien secrétaire d'état à la retraite, Martijn van Dam, contrôle la distribution des avantages à NPO et siège au conseil d'administration de NPO. L'ancien président du PVDA, Ruud Koole, est maintenant dans le conseil de surveillance de la VARA. Paul Rüpp, politicien du CDA est président du conseil de surveillance de KRO-NCRV. La partenaire du ministère du Ollongren du D66 Irene van den Brekel est rédactrice en chef de la société de comédie Lubach. L'ancienne présentatrice des nouvelles Pia Dijkstra est maintenant membre du parlement pour D66.
Il y a donc de nombreux liens entre les politiciens et médias...

[source : Vrouwen Voor Vrijheid]

Le forum économique mondial (WEF)

 

L'élite régit tous les aspects de notre vie ainsi que les informations que nous obtenons, et elles dépendent d'une coopération  de coordination pour connecter toutes les industries du monde afin de servir leurs intérêts. Cela se fait par le biais du forum économique mondial, entre autre, une organisation très importante.

Chaque année à Davos, les pdg  de grandes entreprises rencontrent des dirigeants nationaux, des politiciens et d'autres partis influents comme l'Unicef et greenpeace. Dans le conseil de surveillance du WEF se trouve l'ancien président Al Gore, le ministre des pays bas Kaag, Feike Subesma président de la Royal Deustche... et le commissaire de DNB, une banque néerlandaise.  etc. Christine Lagarde présidente de la banque centrale européenne. Le fils du politicien Ferdinand Grappenhaus travaille également pour le WEF.

La cotisation annuelle est de x €, mais plus de la moitié du budget provient de partenaires qui paient le coût des politiciens qui autrement ne pourraient pas se permettre de devenir membres. Le WEF permet aux entreprises riches de faire des affaires avec d'autres entreprises ou avec des politiciens. Pour la plupart des membres, WEF soutiendrait le gain personnel au lieu d'être un moyen de résoudre les problèmes du monde.

Pourquoi y aurait-il de nombreux problèmes mondiaux si les chefs de file de l'industrie, les banquiers et les politiciens à partir de 1971 se réunissent chaque année pour résoudre les problèmes du monde. N'est-il pas illogique qu'après 50 ans de rencontre entre les écologistes et les pdg des entreprises les plus polluantes, la nature se porte progressivement plus mal.  Il est clair que ces critiques sont justes lorsque nous examinons les principaux partenaires qui ensemble représentent plus de la moitié du budget de la WEF. Parce qu'il s'agit de Blackrock, de l'Open Society Fundation, de Bill Mélinda Gates fundation et de nombreuses grandes entreprises dont Vandargues et Blackrock détiennent les actions.

Le président et fondateur du WEF est Klaus Schwab, professeur et homme d'affaires suisse.  Dans son livre le Great Reset, il écrit sur les plans de son organisation. Le coronavirus est selon lui une belle opportunité pour réinitialiser nos sociétés. Il appelle cela reconstruire mieux. Le slogan est maintenant sur les lèvres de tous les politiciens mondialistes (Biden, Boris Johnson, le président Guterrez de l'ONU, Julien Trudeau, etc). Notre ancienne société doit passer à une nouvelle, dit Schwab. Le peuple ne possède rien mais travaille pour que l'état fasse en sorte que ses besoins primaires soient  maintenus. Le WEF dit que c'est nécessaire car la société de consommation que l'élite nous a imposée n'est plus durable. Schwab dit dans son livre que nous ne reviendrons jamais à l'ancienne normalité. Le WEF a récemment publié une vidéo pour préciser que d'ici 2030, nous ne posséderons rien mais nous serons heureux.

[source : Vrouwen Voor Vrijheid]
 

Le nouvel ordre mondial

Le médias veulent faire croire qu'il s'agit d'une théorie du complot. Pourtant les dirigeants en parlent depuis des décennies: Georges Bush senior, Bill Clinton , Nelson Mandela, et aussi des philanthropes de renommée mondiale tels que  Cécil Roth, David Rockfeller, Henry Kisinger et même Georges Soros.    

L'ONU a présenté en 2015 un agenda 2030 controversé. Il est presque identique à la grande réinitialisation de Klaus Schwab. L'ONU veut s'assurer comme le fait Schwab qu'en 2030 la pauvreté, la faim, la pollution et la maladie n'endommagent plus la terre. Cela semble bien, mais attendez de lire les petits caractères.

Le plan est que l'agenda 2030 sera payé par nous, les citoyens. Tout comme on nous demande de céder un droit à la santé publique. Ils nous demanderons de céder nos richesses pour lutter contre la pauvreté. Ce ne sont pas des théories du complot, c'est sur leur site officiel. Cela se résume à ceci : L'ONU veut que les impôts des pays occidentaux soient divisés par les méga entreprises de l'élite pour créer une toute nouvelle société, la nouvelle infrastructure lorsque les combustibles fossiles auront disparu en 2030. Pour ce projet, l'ONU dit que nous avons besoin d'un gouvernement mondial à savoir l'ONU elle-même.

L'ONU convient avec Schwab qu'une pandémie est une chance en or pour accélérer la mise en œuvre de l'agenda 2030. Il est inquiétant que le WEF et lONU admettent ouvertement que la pandémie et d'autres catastrophes peuvent être utilisées pour remodeler la société. Nous ne devons pas y penser à la légère, mais faire des recherches approfondies.


Le vendredi 18 octobre 2019, quelques mois avant l'annonce de la pandémie, un rassemblement s'est tenu à l'hôtel Pierre à New York. C'était une réunion pour des personnes très importantes, des politiciens, des experts de la santé hautement reconnus, et des pharmacologues étaient présents. Le but du rassemblement était une simulation d'une pandémie mondiale.

Cela pourrait être une coïncidence, mais à titre d'exemple, ils ont utilisé le coronavirus. La simulation a couvert comment le virus se développerait et comment il ne pourrait être retenu que si les gens coopéreraient dans les industries, les gouvernements, et les agences gouvernementales. A nouveau, un nouvel ordre mondial pour nous sauver. Est-ce surprenant quand je vous dis que cet événement "event 201"  a été organisé par le WEF, la fondation Bill et Melinda Gates et l'institut John Hopkins. Ce n'est pas une théorie du complot. Regardez sur le site  officiel de l'event 201. A ce stade, vous ne serez peut-être plus surpris que l'institut Robert Koch, comme tout institut public, soit étroitement lié à l'OMS de Gates, et qu'il écrit une simulation similaire en 2012.
Juste comme dans l'event 201, ils ont pris un coronavirus comme exemple. Dans cette simulation, le point de départ était un marché alimentaire en Asie du sud-est. Un virus corona passerait d'un animal à un humain. Dans la simulation, il faut quelques semaines aux chinois pour découvrir le virus. De cette façon, il peut se répandre dans le monde entier. Une simulation est faite des trois prochaines années de confinement, l'économie détruite et des impacts sur la société, émeutes et manifestations incluses.

[source : Vrouwen Voor Vrijheid]

Chatham house

Enfin je voudrais vous montrer une partie d'une conférence du neurologue  Max Van Ranst qu'il a tenu le 22 janvier 2019 à Chatham House.

L'organisation Chatham House est financée par les corporations d'élite et aussi par la fondation Gates. Il s'agit d'une importante organisation à but non lucratif à Londres où des personnalités importantes se réunissent pour parler des problèmes du monde. Le prix Chatham House a été décerné à Hillary Clinton, Melinda Gates et John  Kelly.

Pendant la conférence, Hab Austerhaus est au premier rang. Van Ranst explique comment il a induit les gens en erreur lors de la grippe porcine. Il a déclenché la peur par le nombre de morts sans contexte et la manipulation des médias. Il rit en racontant comment il s'est assuré que les vaccins des sociétés pharmaceutiques pour lesquelles il travaillait à l'époque soient acceptés par de nombreuse personnes craintives.

" On m'a demandé de parler de mes expériences en tant que gestionnaire de crise de la commission de la grippe pour la Belgique et mettre en avant les différents aspects de la communication. Et alors vous n'avez qu'une seule opportunité de faire les choses correctement.
Le premier jour est très important. Le premier jour, vous commencez votre communication avec la presse, avec la population et donc il faut le faire correctement, cela signifie que vous devez communiquer avec un seule voix et un seul message.

 
En Belgique ils ont désigné une personne qui n'est pas affiliée à un parti politique pour faire cela. Je n'ai aucune affiliation politique, ce qui a rendu les choses, du moins à l'époque, un peu plus faciles, car vous n'êtes pas attaqués politiquement, majorité, minorité, cela n'entre pas en jeu.

Et c'était un énorme avantage et le second avantage est que vous pouvez jouer le gars complètement naïf à Bruxelles. Et ainsi achever beaucoup plus que vous aurez pu autrement achever.
Vous devez être omniprésents ce premier jour ou les premiers jours pour attirer l'attention des médias. Vous faites un accord avec eux: vous leur dites tout et quand ils vous appellent, vous répondez au téléphone.
Quand vous faites ça, vous pouvez profiter de ces premiers jours pour avoir une couverture complète du terrain et ils n'iront pas à la recherche de voix alternatives.
Si vous faites cela, cela facilitera les choses. Et ensuite vous devez dire "ok, nous aurons des morts H1N1" et bien sûr cela est inévitable. J'ai utilisé une citation de Sir Donaltson où il dit : "En Grande Bretagne au pic de l'épidémie 40 personnes mourront par jour à la fin de l'été". A ce moment là 62 millions de personnes en Grande Bretagne 40 morts par jour. J'ai converti ça pour la Belgique, ce qui donne 7 morts/jour au pic de l'épidémie. J'ai utilisé ça dans les médias : "7 morts belges de la grippe par jour au pic de l'épidémie est réaliste".
C'est vrai chaque année, même en période pré-pandémique, c'est très très classique. Toutefois parler de mortalité c'est très important. Les gens se disent "waaawé" des gens meurent à cause de la grippe. Et c'est un pas nécessaire à prendre.
Et bien sûr, quelques jours plus tard, vous avez le premier décès H1N1 dans le pays. Le terrain était déjà préparé, on en avait déjà parlé. Après vous devez choisir qui sera vacciné en premier et donc les efmmes et les enfants en premier, peu importe, les groupes à risque, ils étaient importants, et j'ai négligé le fait que, de manière inappropriée et contre toute attente, les joueurs des meilleurs clubs de foot belges, soient placés en tête des priorités des personnes à être vaccinées. Donc je me suis dit "je peux utiliser cela. Parce que si la population croit réellement que ce vaccin est tant convoité au point que les joueurs de foot fassent preuve de déshonneur afin de recevoir leur vaccin, je peux jouer avec cela et j'en ai fait toute une affaire.
Mais cela a marché. Et cette campagne de vaccination par les médecins généralistes s'est très bien déroulée. En quelques semaines tout le monde a pu être vacciné. Et cela représente une partie assez significative de la population."

 

Van Ranst pourrait parler pendant des heure du virus dont le taux de survie est de 99,98 % et des règles incompréhensibles qui détruisent notre société. Des millions d'entrepreneurs sont fauchées. D'innombrables personnes sont mortes dans la solitude et dans les maisons de retraite, séparées de leur famille. Ce n'est pas une vie. Mais nous connaissons maintenant suffisamment de faits qui placent ces règles relatives au corona dans une perspective beaucoup plus claire.


Le point de vue de l'élite. Big BlackRock et Big Vanguard ne bénéficient pas de frontières, de taxes à l'importation et d'une réelle diversité. Ce n'est qu'au moyen de la peur et de la manipulation médiatique qu'ils peuvent nous envahir. L'élite ne va pas nous guérir des maladies que nous avons contractées à cause de leurs aliments toxiques. de la pollution de l'environnement. Si nous ne tombions pas malades, l'industrie pharmaceutique s'effondrerait. Rien ne se vend mieux que la peur, tel est le slogan de virologues comme Van Ranst. Vous allez être surpris comme moi que nous avons souvent été prévenus.

 

[source : Vrouwen Voor Vrijheid]

Groupe Bilderberg


En 1954, l'élite a tenu une réunion secrète à l'hôtel Bilderberg aux Pays bas. Ils se sont rencontrés chaque année après 1954. Des individus des finances et des médias qui s'inquiétaient de l'anti-américanisme en Europe occidentale. L'objectif était de rapprocher les pays européens et les états unis. Depuis 54, environ 120 à 150 membres de l'élite autoproclamée se sont réunis dans différentes villes d'Europe et des USA. Beaucoup de participants ne sont pas des membres permanents. Ils affirment qu'aujourd'hui la réunion est un forum de discussions informelles sur les tendances majeures et les grands problèmes auxquels le monde est confronté. On se demande ce que cela a de si secret? Au début c'était secret, mais à partir des années 80, on a commencé à voir quelques lignes dans les journaux locaux des lieux où la réunion devait avoir lieu. Une couverture médiatique très faible, de sorte que le grand public ne connaît pas. Avec l'avénement d'internet et des médias alternatifs, les compte-rendus des réunions sont connus du grand public. Aujourd'hui de nombreuses informations sont disponibles sur le groupe Bilderberg. Il y a quelques années, le groupe a lancé son propre site internet. C'est ce qu'on peut appeler de la fausse transparence. S'il existe des listes de participants sur le site, il est indiqué que les réunions se font selon les règles de Chatham House, ce qui signifie que ni l'identité ni la filiation des participants ne doivent être révélées. Il est probable que quelques noms importants soient omis.

On s'intéresse maintenant aux  raisons pour lesquelles les réunions sont secrètes. En 1955, on y parlait déjà de la création d'une union européenne et d'une monnaie unique, et ce des décennies avant leur introduction. En mars 2009, Etienne Davignon, alors président du GB s'est vanté que Bilderberg avait aidé à créer l'euro en introduisant l'agenda pratique pour une monnaie unique au début des années 90, plus de 30 ans avant le traité de Maastricht de 1992. Ils avaient un plan et ont réussi à le mettre en oeuvre. Ce ne sont pas des personnes pour lesquelles on a voté mais de quelques politiciens et des personnes issues de l'économie, des médias et du secteur financier. Qui sont ces personnes : le président Henri le Castries (président de AXA), Paul Achleitner (président du conseil de surveillance de la Deutsche Bank) impliqué dans de nombreux scandales, Henri Kissinger (développement d'une politique limitant la démographie par l'encouragement à l'avortement, la contraception et la stérilisation. 

 

En dehors des membres permanents, les invités : David Rockfeller, beaucoup de membres de la royauté, puis Angela Merkel en 2005, quelques mois avant de devenir chancelière. La plupart des ministres des finances sont invités ; pourquoi ? Comme si on leur disait ce qu'ils ont à faire. Christine Lagarde  a patricipé au moins une fois. José Louis Ridriguez Zapatero, l'ancien 1er ministre espagnol en 2010. En juin 2012, John Kerry qui à l'époque était sénateur du Massachusett, juste avant de succéder à Hillary Clinton en tant que secrétaire d'état. Ce groupe semble avoir beaucoup d'informations. Beaucoup de coïncidences. En voici une autre : Herman Van Rompuy qui devient président de l'UE un peu plus tard.

Liste (non exhaustive) des français qui ont accepté l'invitation. Dominique Strass-Kahn (2000)n Manuel Vall(2008), Erik Izraelewicz (2012), Valérie Pécresse (2013), Christine Lagarde (2010, 13, 16), François Fillon (2013), Fleur Pellerin  2014), Emmanuel Macron (2014), François Baroin (2014), Alain Juppé (2015), Laurent Fabius (2016), Edouard Philippe avant d'être nommé 1er ministre à la surprise générale en 2017, le suisse Klaus Schwab (Forum économique mondial). En 2018, Jean Michel Blanquer, Bernard Emié, directeur de la DGSE. Le monde médiatique avec Nicolas Baverez, éditorialiste au Figaro et au Point, aussi les Echos et le Monde (2016 et 2017), Etienne Gernelle, directeur éditorial Le Point (2016), François Lenglet, commentateur économique France 2 (2017), Bruno Patino, responsable contenu Arte France Tv, Dominique Dora, rédacteur en chef de l'Obs.

Réel impact du groupe: Denis Healey, un des fondateurs du groupe Bilderberg  a déclaré :

"Dire que nous nous efforçons de mettre en place un gouvernement mondial unique est exagéré mais pas totalement faux. Nous les membres du groupe Bilderberg avons estimé que nous ne pouvions pas continuer à nous battre sans raison, à tuer des gens et à faire des millions de sans-abri. Nous avons donc pensé qu"une seule communauté mondiale serait une bonne chose.


Conclusion : les bonnes intentions affichées pour sauver la planète et l'humanité ne sont que de la poudre aux yeux pour cacher des intentions bien moins avouables.
 

Quelques organisations

OMS

L’Organisation mondiale de la santé, principalement financée par Bill Gates, est un outil clé du réseau mondialiste. L’OMS dicte à l’humanité occidentale (la sphère d'influence américaine) ce que nous pouvons ou ne pouvons pas faire en matière de santé. Personne n’a élu l’OMS et personne ne veut qu’ils soient là pour intimider chaque médecin, infirmière et praticien de la santé dans une obéissance aveugle.

ONU

L’Organisation des Nations Unies se présente comme le « gardien de la paix » de ce monde. Leur agenda est cependant d'amener l’humanité vers un gouvernement mondial. L’ONU travaille en étroite collaboration avec l’Union européenne et l’OTAN, qui sont des outils similaires des élites mondialistes pour anéantir l’indépendance des nations et mettre en place un gouvernement mondial.

Les banques

L’empire bancaire contrôle tout l’argent du monde. Son travail consiste à créer une société sans argent liquide où seuls ceux qui sont connectés numériquement au système de surveillance et d’asservissement, auront accès aux finances.

Une entité de premier plan dans l’empire bancaire est la célèbre famille Rothschild. Ils possèdent les banques centrales de 165 pays, contrôlant ainsi les flux monétaires dans la plupart des pays. Depuis les temps anciens, cette famille s’est consacrée au culte de la plus sombre de toutes les forces.

Une autre famille bien connue est celle des Rockefeller. Ils ont publié le « Scénario du futur » en 2010. Des entités comme le "Rockefeller Institute" se présentent comme des protecteurs de l’humanité, mais derrière ce masque se cache la soif de pouvoir.

Autres organisations

Certaines organisations ne sont pas claires et peuvent avoir ou non un rôle dans l'objectif mondialiste, le nouvel ordre mondial. On peut citer :

 

La Cité de Londres (la City), indépendante du gouvernement anglais, et donc non contrôlée.

Le Vatican. On peut noter des ambiguïtés en ce qui concerne son objectif qui méritent des éclaircissements. Dans plusieurs messages publics, le pape François appelle tous les croyants à se faire vacciner, et continue à proclamer le Nouvel Ordre Mondial comme la seule solution aux problèmes du monde : « Nous pouvons guérir l’injustice en construisant un nouvel ordre mondial … Le chemin du salut de l’humanité passe par la création d'un nouveau modèle de développement … prendre soin de la Terre, avec des choix personnels et politiques radicaux, … sans pour autant une vision globale il n’y aura pas d’avenir … nous devons mettre un terme au nationalisme qui n’a pas de vision d’avenir … »

Les sociétés secrètes. En dehors des sociétés complètement cachées, il existe des cultes plus publics, comme la franc-maçonnerie. C’est l’une des organisations spirituelles les plus connues, utilisée pour influencer les autorités locales dans pratiquement chaque ville de chaque nation. Ils attirent des personnes en position d’autorité, prétendant être une organisation innocente qui veut aider l’humanité. Ce n’est que lorsque les membres grimpent aux niveaux supérieurs de la franc-maçonnerie, qu’ils découvrent que c’est tout à fait autre chose.

[Source : "La vérité vous rendra libres"]